Les Filles du Web

Cinéma

Sublimes Créatures

Vous avez aimé Twilight? Vous allez adorer Sublimes Créatures! Heu, oui, mais non… Après avoir vu les affiches dans le métro qui me faisaient terriblement penser à Twilight, j’ai vite changé d’avis en voyant le film! Certes, l’amour impossible entre deux êtres dont l’un n’est pas humain est de nouveau au rendez-vous, mais les enjeux sont différents.

sublimes-creatures

Ici, nous avons Lena, une enchanteresse qui débarque dans un énième nouveau lycée à l’aube de ses 16 ans, âge auquel elle devra choisir entre la lumière ou les ténèbres. Choix qui se révèlera bien difficile aux vues des pressions familiales et d’Ethan Wate, amoureux transi de la jeune fille.
Sublimes créatures n’est pas le film aux grandes surprises. Il est difficile de rentrer dans l’histoire et de s’imprégner des personnages. On aurait voulu être beaucoup plus happé par le film, charmé par Ethan et énervé par Sarafine, autre protagoniste, mais non. Les jeux d’acteurs et l’histoire ne sont pas poussés au maximum. 
Quelques déceptions côtoient cependant des ouvertures intéressantes qu’on espère voir exploitées dans les volets suivants. (Oui il y a 4 tomes).

L’histoire : La romance entre Ethan et Lena est fébrile et on aime ça. Même si elle aurait pu être davantage exploitée, elle attendrit. La fragilité du regard de Lena sur Ethan est pleine de vérité, mais encore une fois, le jeu n’est pas abouti.
 Le scénario est un peu survolé malgré de bonnes idées et de bons personnages (La voyante ; Macon, l’oncle des ténèbres mais gentil au fond…) quant à certaines scènes, elles ne sont pas toujours essentielles. Sur un film de deux heures, les longueurs donnent vite mal aux fesses ! Non, mais en vrai, la table qui tourne pendant 10 minutes, ce n’était pas la peine!

BEAUTIFUL CREATURES

Les personnages : Une Emma Thompson inégale qui aurait pu apporter une réelle valeur ajoutée au film. Présente mais pas assez mise en avant, elle peine à défendre son (double) rôle malgré son hystérie. On regrette que les rôles secondaires soient bâclés et pas assez développés. 
Que ce soit Amma la voyante ou Ridley la cousine un peu folle, aucune des deux n’arrivent à se démarquer : ces personnages laissent des interrogations tout au long du film, ce qui est bien dommage… C’est quoi une « voyante » ? Pourquoi les ténèbres ? Comment Macon a su pour Ethan ? Pourquoi, pourquoi ? 
On aurait aimé ressentir davantage la tension entre les personnages des ténèbres et la petite Lena en plein doute. Les enjeux du choix de cette dernière entre les ténèbres et la lumière ne sont pas assez expliqués. Ce n’est qu’à la fin qu’on comprend les répercussions que vont avoir cette décision.

Premier film d’une saga de 4 volets, Sublimes Créatures commence donc en douceur… On espère un peu plus d’épaisseur par la suite.

PS : Si vous avez aimé Twilight, c’est bien. Si vous n’avez pas aimé, ce n’est pas grave : promis, les personnages sont moins blafards que ceux de Stephenie Meyer.

 

« Playful Kiss » en coffret DVD !

Vous avez pu le découvrir sur KZTV : diffusé sur la chaîne tous les mercredis soirs depuis le 28 novembre 2012, le drama Playful Kiss arrive maintenant en coffret DVD !

DVDpac-Etui-Pliage.indd

Retrouvez dans cette édition complète 6 DVD toutes les péripéties et rebondissements de ce drama à succès, interprété par le charismatique leader des SS501 Kim Hyung Joong (Boys Over Flower) et la pétillante Jung So Min (Bad Guy).

Ha-ni, jeune fille rêveuse et maladroite, est amoureuse de la star de son lycée, Seung-jo. Quand elle lui écrit une déclaration enflammée, ce dernier la rejette devant tout le monde. Abattue, son malheur ne s’arrête pas là : sa maison s’effondre, et elle doit aller vivre dans la famille d’un ami de son père. Mais lors du déménagement, elle s’aperçoit rapidement que cet ami est en fait le père de Seung-jo ! Ravie de cette situation, Ha-ni va pouvoir se rapprocher de celui qu’elle aime. Réussira-t-elle à faire chavirer son coeur ?

Disponible dans tous les réseaux de distribution classiques (dont Amazon, FNAC, Discount Manga et magasins spécialisés) dès le 27 février.

Le retour des ours polaires chez Coca-Cola !

Après 10 ans d’absence, et à la demande de nombreux fans, l’ours polaire, icône historique de la marque, quitte enfin sa tanière pour marquer de sa patte la communication et les produits Coca-Cola !

Afin de célébrer ce grand retour, la gamme de produits Coca-Cola fait pelage neuf en proposant une bouteille aluminium collector, disponible en GMS depuis janvier 2013.

bouteille-ours-polaire-coca-cola

Mais ce n’est pas tout! La légendaire famille ours repointe également le bout de son museau dans un film publicitaire de 7 minutes réalisé par Ridley Scott, ainsi que dans deux spots TV diffusés à la TV et au cinéma: une activation sur tous les pôles qui démontre l’attachement à ce symbole familial et chaleureux, icône Coca-Cola préférée des 12-49 ans.

C’est parti pour la séance en direct de votre canapé !

Concours Mariage à Mendoza

Madeline vous en a longuement parlé dans son article du 11 décembre dernier, le film Mariage à Mendoza sortira le 23 janvier prochain. A cette occasion, nous avons le plaisir de vous proposer un nouveau concours qui va vous permettre de gagner 5×2 places pour aller voir le film.

mariage-a-mendoza

Pour participer, merci d’être fan de la page Facebook des Filles du Web et de partager le concours via cette dernière.

Laissez ensuite un commentaire ci-dessous en indiquant le lien de votre partage Facebook.

Vous avez jusqu’au 20 janvier, date du tirage au sort.

Les gagnants seront prévenus par mail et leurs noms/pseudos seront affichés ici-même.

Bonne chance à tous !

Concours terminé. Les gagnants sont sasah101, maderak, Jennifer M., Gaetan Hassler et aupaysdespates.

Mariage à Mendoza : l’avis de Madeline

Lorsque l’on part en voyage à l’autre bout du monde, on prend ses bagages, son billet d’avion, une carte, un guide.. Mais pas que. On emporte aussi ses joies, ses problèmes, son envie de découvrir, et ses (mauvaises) humeurs. Mariage à Mendoza, c’est ça. C’est un condensé de tous ces éléments essentiels au voyage.

Antoine et Marcus partent pour Mendoza en Argentine assister au mariage de leur cousin. L’occasion pour eux de se retrouver entre frères et de découvrir un magnifique pays. C’était sans compter l’effondrement du foyer d’Antoine et la maladie psychiatrique de Marcus. Des tracas français qui les suivent sur le continent Américain et qui vont plomber quelque peu l’ambiance…

La fragilité de leur relation est touchante. On a envie de les serrer dans nos bras pour les réconforter. (Ok, je ne suis pas objective, même pas malheureux, j’ai envie de serrer Nicolas Duvauchelle tout contre moi. Mais… mais) Côte à côte ils sont attendrissants. Ils cumulent les gaffes, comme tout le monde dans un pays où la culture et les coutumes sont différentes.

Ils sont un peu de nous tous lorsque l’on voyage. Les yeux grands ouverts, le mal du pays, la méconnaissance des habitudes.

Malgré tout, et avec l’aide Gonzalo, un natif, et Gabriela, une jeune femme à la beauté envoûtante, ils vont prendre la route et se reconstruire. 
C’est au gré des rencontres, des épreuves, des moments de joie qu’ils vont profiter de leur voyage et resserrer les liens qui les unissent. Tous les quatre vont s’engueuler, s’arrêter, s’aimer, et reprendre la route. 
Les deux argentins rencontrés par hasard sur leur route et pas forcément invités à voyager avec eux vont être des pansements à leurs douleurs, les aidant à se confronter à la vérité et à en apprendre sur eux même.
 Tous sortiront grandis de cette aventure et porteront un regard différent sur le monde.

La narration du film manque sans doute un peu de rythme, mais pas d’humour. On n’hésite pas à se moquer des points faibles de Marcus et Antoine et à rire des répliques cinglantes. 
Benjamin Biolay est très bon dans le rôle du cousin qui va se marier !

N’oubliez pas de vous émerveiller devant la beauté de l’Argentine. Ne ratez pas ses espaces infinis, ses couleurs dépaysantes. 
Les grands espaces ont le pouvoir de vous rendre tout petit. Nos vies aussi sont jonchées de pleurs et de rires, de problèmes et de solutions. Et s’il fallait partir au bout du monde pour s’en rendre compte et avancer ? 
Un joli « T’es petit… mais t’es beau » pour clôturer le film. Parfait. Merci.

Sortie en salles le 23 janvier 2013.