Sortilège : la magie n’a pas opéré…

SortilègePlus de douze ans? Dommage, le film Sortilège n’est pas fait pour vous. C’est vrai que le casting nous avait déjà prévenues: avec Alex Pettyfer (vedette du blockbuster Numéro 4) et Vanessa Hudgens (teen-star de la trilogie High School Musical), aucune personne saine d’esprit ne se serait attendue à un film destiné à un public pubère…

Pourtant, avant la projection, on ne peut pas s’empêcher d’avoir un petit espoir: Sortilège, c’est assez alléchant comme titre, non? On s’imagine un monde merveilleux de sorcières et de lutins, avec au centre de l’action une terrible malédiction qui va pousser les héros à partir à l’aventure! Eh bien, Sortilège, c’est un peu ça… puissance moins 10.

Alors oui, il y a une intrigue. Je vous le donne en mille: un beau garçon vaniteux est puni de son narcissisme par une sorcière qui sort d’on ne sait où; il devient moche et doit trouver quelqu’un pour lui dire « je t’aime » avant un an, ou bien il restera un laideron pour toujours. Question originalité, on ne fait pas mieux! D’accord, le sortilège est bien là. Mais il est jeté par une soi-disant sorcière-gothique-fashionista-sur-talons-de-douze interprétée avec assez peu de finesse par Mary-Kate Olsen. Vous savez, la jumelle anorexique qu’on n’avait pas revue au cinéma depuis des années. Maintenant, on comprend pourquoi.

L’histoire d’amour entre Kyle (Alex Pettyfer) et Lindy (Vanessa Hudgens) est identique à toutes les histoires d’amour de tous les films d’ados, et donc parfaitement prévisible et barbante. On doit admettre que le scénario est très mal ficelé. Exemple: pour réunir nos deux protagonistes dans une même maison (c’est plus pratique), les producteurs n’ont pas trouvé mieux qu’une histoire abracadabrante de meurtre et de menaces, qui ne sert que de prétexte pour que Lindy emménage chez son prince plus très charmant. Cherchez la finesse tant que vous voudrez: ce film en est dépourvu.

Et si on veut jeter une dernière pierre sur Sortilège, on peut aussi ajouter que le jeu des acteurs laisse franchement à désirer. Le 6 juillet, vous pourrez donc rester buller à la maison sans mauvaise conscience, vous n’aurez pas raté grand-chose. Sauf peut-être la première et unique scène qui vaut la peine d’être vue: Alex Pettyfer torse nu faisant ses abdos matinaux. A croire que mannequin soit la seule chose à laquelle il excelle.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :