Le nouveau show du Crazy Horse !

Les danseuses du Crazy Horse et Philippe Decouflé Dimanche dernier, accompagnée de ma fidèle amie Marinette, je me suis rendue à une présentation du nouveau spectacle du Crazy Horse intitulé Désirs. Ben, mes enfants, moi qui pensais que le Crazy Horse était un attrape-touristes, j’ai eu vite fait de changer d’avis!

Oui, bien sûr, c’est un spectacle érotique où les jeunes femmes sont dénudées, mais ça ne s’arrête pas à ça!

Bon, je vous raconte tout.

Nous sommes donc arrivées devant le Crazy à 15 heures. Une masse compacte de mecs à T shirts moulants et de nanas lookées occupaient déjà le trottoir. On papote, on se demande s’il y aura assez de petits fours pour tout le monde, quand tout à coup, Bingo! Marinette me fait signe qu’elle a repéré un spécimen rare! Je me tourne et qui vois-je à l’horizon? Le seul, le vrai, l’ultime, l’éminent chorégraphe de la Star Ac’ en personne: Kamel Ouali. Marinette me lance un regard que je traduis par « c’est du très lourd! » mais auquel je n’ai pas le temps de répondre. En effet, au même moment, éjecté d’une Twingo devant la devanture du Crazy surgit un people refoulé de la » Ferme Célébrités »: Christophe Guillarmé. Cheveux longs, chemise colorée à moitié ouverte, c’est bien lui.

Les gens commencent à entrer dans le Crazy, ça bouge. Nous nous mêlons à la foule et prenons notre place dans la queue. Alors que Marinette s’empare d’un petit dépliant du Crazy Horse écrit en espagnol, un silence s’instaure soudainement. Au bout de l’avenue George V, jean moule-burnes et bronzage 100% carottes, le couturier Jean-Claude Jitrois déboulonne accompagné d’une armada d’assistants, aussi caricaturaux que lui. Tout le monde fait genre de ne pas le reconnaître et le pauvre Jean-Claude en est alors réduit à faire la bise à Ouali et Guillarmé.

C’est dur la vie d’un people quand même…

Arrivées dans la salle, on nous installe alors au premier rang. Pile sous le nez la scène! Pas top pour bien voir (comme au cinoche, c’est chiant quand on est au premier rang!) mais en apercevant les plateaux de petits fours virevolter dans les mains des serveurs, ma déception se transforme en contentement… qui ne dure qu’une minute… Eh oui, pas de bol, en bout de rang, nous voyons peu à peu les plateaux se vider avant même qu’ils aient pu arriver à notre hauteur! Heu.. M’sieur siouplaît…

Happé par la panique dans nos regards, le serveur arrive finalement avec de délicieux petits canapés au saumon que nous engloutissons aussitôt comme deux morfales. Ouf. On nous ouvre également une bouteille de champagne et là, on se dit qu’on a bien fait de venir!

Regard panoramique de ma part pour voir si il n’y aurait pas par hasard George Clooney dans la salle, et vlan, musique!!!!!!! Ça commence!!!

Piles sous nos yeux, les danseuses du Crazy entament la chorégraphie de la célèbre « relève de la garde », avec une précision stupéfiante. Toutes exécutent le même mouvement, au même moment, sans avance ou retard.

 

Vidéo de 2009 mais on a vu the same thing !
Etant donné que nous sommes au premier rang, je tente une inspection typiquement féminine et ne peux m’empêcher de les examiner de haut en bas, telle Madame de Fontenay devant ses Miss. Impossible d’être de mauvaise foi: elles sont toutes sublimes. Et pas rachitiques comme les mannequins qui tirent la tronche dans Vogue!
Entre chaque numéro, une courte interlude mettant en scène des images du corps des danseuses sur une musique d’ascenseur permet de se resservir une coupe. Le temps pour elles de se changer (enfin, les perruques et les chaussures surtout…) et pour nous de dire qu’elles sont quand même trop belles (c’est injuste !!!!!) et ça recommence.
Un solo cette fois. Avec une nana qui exécute un numéro tout simplement époustouflant. On voit tout de suite que les danseuses ont une formation classique. Les levées de jambes sont spectaculaires (et dire que j’ai du mal à me baisser pour ramasser un stylo…) et la capacité à tenir le rythme extraordinaire. Regardez:
Pareil. Vidéo de 2007, mais on a vu presque la même chose!
Re-interlude. Et big fou rire à la vue des paires de fesses qui défilent sur l’écran, censées représentées des collines. « T’es sûre que c’est pas des seins? » je demande à Marinette. Et non. Après mûre réflexion, le truc là, c’est un grain de beauté.
Très attentifs, les mecs aux alentours ne perdent pas une miette du spectacle. Les numéros défilent les uns après les autres, toujours sensuels mais jamais vulgaires. L’un d’entre eux mettant en scène une femme enchaînée par des liens est presque émouvant.
On ne rigole plus là. C’est beau.
Les applaudissements fusent et l’effet du champagne commence à faire son effet sur tout le monde. Ces messieurs en redemandent.
Qu’à cela ne tienne, revoilà nos danseuses du Crazy. Cette fois, on ne voit que leurs jambes. Je suis éblouie par leurs stilettos, des Christian Louboutin pour lesquelles se pâmerait Carrie Bradshaw!
Encore deux interludes, deux solos, un final où les cheveux sont lâchés et… et c’est déjà terminé !
Mis en scène par Philippe Decouflé, sous la direction artistique d’Ali Mahdavi, ce show est juste énormissime! Bien loin d’être réservé aux vieux libidineux et aux cars de touristes, on découvre un véritable tableau artistique vivant qui célèbre le corps de la femme. A une époque où certains voient en lui une menace et imposent sa dissimulation, ici, il est exposé dans toute sa beauté et mis en valeur par de subtils jeux de lumière.
Le petit plus : la bande son. Les compositions de Fred Pallem pour chacun des numéros sont absolument magnifiques.
Franchement, si vous voulez passer un bon moment, avec votre amoureux ou vos copines, foncez au Crazy Horse!
Et si vous souhaitez devenir danseuse dans ce célèbre cabaret, sachez que des auditions ont lieu tous les mercredis!
Les critères?
– mesurer entre 1m66 et 1m73, il n’y a pas d’exception
– avoir une poitrine naturelle et pas trop grosse
– avoir un corps harmonieux, un ventre plat, des jambes droites et fermes
– être âgée entre 18 et 26 ans
Et bien entendu, avoir une solide formation en danse! Chaque année, le Crazy Horse reçoit pas moins de 500 candidatures spontanées de danseuses et ne signe qu’une vingtaine d’entre elles…
Alors bon courage!
Désirs : le nouveau spectacle du Crazy Horse

Comments (3)

  1. BlackCamelia 11 janvier 2011
  2. Véronique Durand 11 janvier 2011
  3. Véronique Durand 11 janvier 2011

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :