Dans la spirale de la drogue

La jolie jeune fille qui sourit aux policiers new-yorkais en 1983 s’appelle Maria Ramos :

régulièrement arrêtée pour racolage pendant 14 années, elle est morte peu après la dernière photo, à l’âge de 36 ans, d’une overdose d’héroïne.

 

Maria Ramos

 

Non, non et non ! La drogue n’a rien de glamour ou rock’n roll ! Kate Moss filmée en train de se rouler un joint, ce n’est pas « cool » ou normal. Juste très très grave. Sous prétexte qu’elle est plus agréable à regarder que le squelette ambulant Amy Winehouse, on est moins choqué mais, les faits sont là: toutes deux sont des Maria Ramos potentielles.

 

C’est quoi la drogue ?

 

Cannabis

Le principe actif est le THC, qui provient des feuilles, des tiges et des fleurs séchées du chanvre. Il se présente sous plusieurs formes : la marijuana (feuilles et fleurs séchées) qui se fume; le haschish (résine compacte de couleur kaki pour le marocain, brun pour le libanais et noir pour l’afghan, le plus fort) qui se fume également; et l’huile dont l’usage est peu répandu.

Les effets immédiats: euphorie, levée des inhibitions (« regardez, c’est mes fesses ! »), sensation de bien-être, perte de concentration et de motivation, yeux rouges (vaisseaux éclatés), bouche sèche, vertiges, nausées.

Les effets à long terme: diminution des facultés intellectuelles, hallucinations, maux de tête chroniques. Comme pour le tabac, risque de cancers jusqu’à quinze ans après l’arrêt COMPLET.

 

Cocaïne

La forme de base est le crack, qui se présente en cristaux et se fume. Ce que l’on appelle cocaïne est en fait un sel ayant l’aspect d’une poudre fine et blanche, et qui se consomme par voie nasale.

Les effets immédiats: euphorie dès la prise pendant environ une demi heure. Pupilles dilatées. Au bout d’une heure, maux de tête et tremblements. Au bout de 2 jours, grosse déprime liée à la disparition des traces du produit dans l’organisme.

Les effets à long terme: hallucinations, paranoïa, épilepsie, dépendance psychique importante (« craving »), lésions de la cloison nasale, hépatites.

 

Héroïne

Dérivé semi synthétique de la morphine. C’est l’un des vingt alcaloïdes présents dans l’opium. Poudre blanche ou brune qui se consomme par voie nasale ou en injection.

Les effets immédiats: « rush » dans la partie basse de l’abdomen, dès la prise, avec sensation cutanée intense. Au bout de 8 heures environ, syndrome de sevrage terrible : vomissements, anxiété, crampes, sueurs. Le pic d’angoisse a lieu dans les 48 heures.

Les effets à long terme: sida, hépatite C (échange de seringues), déchéance physique et sociale, overdose.

 

Sans oublier l’ecstasy, le LSD, les poppers …

 

Arguments typiques du consommateur

 

1) « J’arrête quand je veux ! »

 

-Ah ouais ? Super ! Demain alors !

-Non, pas demain

-Pourquoi ?

-Parce que…parce que je peux pas !

 

2) « Juste pour essayer ! »

 

Sans blague !!! Vous avez déjà mangé une seule chips sans replonger la main dans le paquet ?

 

3) « un pétard, c’est moins dangereux que le tabac ! »

 

Tant qu’à hiérarchiser, un jus d’orange, c’est aussi moins dangereux que le shit !

 

4) « Fumer un joint m’aide à supporter mes problèmes »

 

Il y a d’autres moyens bien plus adaptés: le sport, la musique, l’écriture et… la thérapie !

 

Alors, si votre copain ou votre copine vous propose un « truc qui fait du bien »: DITES NON ! Il ou elle vous culpabilise (« fais pas ta coincée ! ») ? Rabattez-lui son caquet avec ce qui est écrit plus haut.

Drogues Info Service : 0 800 23 13 13

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :