Dans la peau de SKINS

Ce fut la révélation de l’année 2007. Enthousiasmée par les critiques des téléspectateurs et de la plupart de mes amis, je vous avoue avoir été réticente en apprenant les différents thèmes abordés dans la série, tels que l’adolescence, la découverte de la sexualité et les conflits familiaux. Je les croyais communs avec les séries destinées aux 15-20 ans telles que « Dawson », « Gossip Girl » ou bien « Beverly Hills », un peu rébarbatives à mon goût.

 

 

Et bien non. Il n’y a pas l’ombre de ressemblance avec aucune des séries télévisées jamais créees pour les jeunes. Et c’est efficace. Filmée à la manière de Gus Van Sant, célèbre scénariste, la série est fascinante de réalisme. Les jeunes acteurs nous entraînent au coeur de la jeunesse anglaise, mais cette fois-ci de l’autre côté du miroir: finis les tableaux de familles parfaites comme on a pu le voir dans « 7 à la maison ». Nous voici aux portes des tribulations de ces 7 jeunes qui luttent pour survivre et s’épanouir dans ce Bristol où l’argentn’est pas forcément la source des problèmes. N’abordant aucun cliché, la série nous dévoile les dessous d’une adolescence où l’amitié se révèle être l’unique tremplin vers l’avenir.

Contrairement aux autres sitcoms, SKINS ne s’arrête pas à l’évocation des multiples addictions abordées précédemment, elle nous les montre, quitte à en être choquante.

              

                                                                                    source

 

Et vous ne pourrez que vous attacher et vous reconnaître en eux. Tony, Sid, Michelle et les autres, nous démontrent, avec sincérité et talent, que l’adolescence n’est pas uniquement une mauvaise période à passer, c’est aussi ce qui nous construit et nous permet d’avancer.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :