3 films à voir

Harry Potter, G.I.Joe, Twilight… et les grands gagnants des festivals: voilà ce qui fait les têtes d’affiche actuelles. De grosses productions. Malheureusement, ce n’est pas forcément très agréable de s’enfermer dans une salle bondée, juste pour aller voir un film; surtout qu’en été, il est fréquent que les gens s’organisent une soirée ou une après-midi cinéma quand il fait trop chaud.

Une solution: compter sur les films dont le retentissement médiatique est moindre. Ce que l’on peut vous proposez, ce sont des films plus discrets, mais qui n’en ont pas moins de valeur et qui en ont peut-être même plus.

3 films, 3 scénarios originaux, mais une seule date de sortie: le 22 juillet!

La comédie française: La femme invisible, de Agathe Teyssier, avec Julie Depardieu. Plongée au coeur d’une aventure fantastique, Lili croit qu’elle est nulle et que c’est pour ça que les gens ne la voient pas: parce qu’ils ne font pas attention à elle. Puis, petit à petit, elle s’aperçoit qu’elle disparaît vraiment, qu’elle devient invisible. À la frontière du ridicule et de la folie, Lili nous entraîne au coeur de sa vie, pleine de surprises. Traitant de l’estime de soi, La femme invisible est un film au caractère surprenant. Curieuses en tous genres, lancez-vous!

L’original:
Brüno, de Larry Charles, avec Sacha Baron Cohen. Le créateur et héros de Borat est de retour, dans une comédie pleine de rebondissements. Sous ses dehors osés, sans limites et vulgaire, ce film renferme une véritable critique à travers les traits d’un personnage haut en couleurs, Brüno, homosexuel et roi de la mode, créé par Sacha Baron Cohen pour son émission « Da Ali G Show ». Un film délirant!

L’historique: Victoria: les jeunes années d’une reine, de Jean-Marc Vallée, avec Emilie Blunt (Le diable s’habille en Prada) et Rupert Friend (Chéri). Ce film retrace les premiers pas de la Reine Victoria. Sous une vue introspective, le scénario s’attache aux intrigues politiques comme aux sentiments de cette jeune femme, propulsée à 17 ans sur un trône qu’elle n’a pas souhaité. Le tandem Emilie Blunt/ Rupert Friend est lumineux, et donne une image dépoussiérée de la Reine Victoria et du Prince Albert. Un véritable plaisir!

 

La femme invisibleBrünoVictoria, les jeunes années d'une reine

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :